TPE 1èreS
L'énergie nucléaire en France

Matthieu Burnand-Galpin
Chandima De Silva
Eran Diler
John Fleury
L'énergie nucléaire en France
Dossier sur les visites de la centrale de Flamanville et du centre de stockage des déchets de l'Andra
Lieu Radioactivité en désintégrations par 30 secondes
Le lycée 9
Flamanville 6
L'Andra 6
Téléphone portable 5
Un micro-onde 15
Une télévision 23
La centrale de flamanville

    
Nous avons donc visité la centrale nucléaire de Flamanville où sont présents deux réacteurs de 1350MW de puissance. C'est aussi le lieu choisi pour accueillir le réacteur Flamanville 3, le fameux réacteur EPR. Nous avons aperçu l'aménagement du réacteur, mais lors de notre visite, la construction proprement dite du réacteur de troisième génération n'avait pas été entamée.
     En réalité, nous n'avons pas visité les réacteurs à cause du plan vigipirate renforcé datant de 2003. Cependant, nous avons visité le CIP (Centre d'Information au Public, voir ci-dessous) de la centrale de Flamanville. Nous étions accompagnés d'un guide qui nous a aidé à comprendre le fonctionnement des réacteurs nucléaires. Malheureusement, les photos de la centrale étaient interdites. Nous n'avons donc pas de photographies des réacteurs.
     Le CIP se trouve à deux cent mètres de la tranche Flamanville I. Ce dernier ainsi que Flamanville II sont des réacteurs de deuxième Génération d'une puissance de 1350MW. A eux deux, ils produisent quatre pourcent de l'électricité en France. Un de ces réacteurs fournit assez d'énergie pour alimenter toute la Bretagne en électricité, soit un million d'habitants.
     Donc notre visite était limitée au CIP. Il contenait cependant beaucoup d'informations sur les réacteurs.
     Dans le CIP se trouvait aussi un vélo très particulier. Lorsqu'on pédalait, le vélo nous indiquait l'énergie qu'on produisait. Nous n'avons pas réussi à dépasser les 350W. A titre de comparaison, une ampoule classique consomme 100W. Ainsi nous produisions assez d'énergie pour plus de trois ampoules. Il est intéressant de comparer notre puissance (disons 300W, car nous avons atteint 350W pendant un instant très court) à celle de l'EPR de 1650MW.


              Puissance du réacteur en W / Puissance d'un homme en W
                                           1650.106 / 300 =5,50.106
  
     En effet, un réacteur nucléaire est plus de cinq millions de fois plus puissant qu'un être humain.

     Ainsi, la visite était très intéressante et la vue du CIP sur les réacteurs était magnifique, une belle vue sur les réacteurs, la mer et au loin les cheminés du centre de retraitement des déchets radioactifs d'Areva à la Hague. Les caractéristiques des réacteurs, dont l'EPR en construction, se trouvent dans la partie III-1) La Génération III.
Le Centre de stockage de la Manche de l'Andra (Agence nationale pour les déchets radioactifs).

     Après notre visite de la centrale EDF de Flamanville, nous avons visité le centre de stockage des déchets de la Manche, géré par l'organisme public qui est l'Andra. 527 000 m3 de déchets radioactifs y sont stockés.













     Depuis 1994, le centre n'accueille plus de déchets. Ce centre est voisin de l'usine de retraitement des déchets d’Areva. Ainsi, avant 1994, une partie des déchets était envoyée directement au centre de l'Andra. En effet, Areva traite des déchets français et internationaux, cependant les déchets internationaux doivent repartir vers leurs pays respectifs.
     C'est entre 1991 et 1997, que les fûts contenant les déchets ont été recouverts sous dix mètres de terre diverse (cf II-2) - Le recyclage et le stockage: exemple de l'Andra). Notons que ce sont les "producteurs" des déchets radioactifs qui payent leur transport, leur retraitement et leur stockage, seul l'Andra à le droit de les stocker, l'Andra étant un organisme publique.
     Nous voulons être clair sur le fait que le centre de stockage de la Manche a un nom presque trompeur. Les déchets de ce centre ne sont pas jetés dans la Manche. En effet, les déchets radioactifs étaient jetés dans la mer, en France, jusqu'en 1969. Depuis, tous les déchets sont stockés selon des règles strictes, sur terre et surveillés en permanence. Le centre de stockage de la Manche est lui en période de surveillance. Il y a un minimum de 4 personnes sur le site. Les déchets stockés à l'Andra sont dits à vie courte. Ce sera vers l'année 2300 que les déchets auront une radioactivité presque normale et non nocive ni à l'environnement ni à la santé humaine.

     Voici l'entrée très moderne du centre de stockage où nous avons rencontré notre guide Mme Germain.

     Ainsi, nous souhaitons fortement remercier l'Andra et EDF, mais surtout nos deux guides : Madame Germain (Andra) et Monsieur Sanson (Flamanville EDF) de nous avoir reçus très aimablement aux deux sites respectifs. C'était une expérience unique non seulement sur le plan "professionnel" mais aussi sur le plan personnel.


     Après une description de l'Andra et du centre de stockage, nous sommes allés sur le site où les déchets sont stockés.
     Au fond de cette photo, nous observons l'entrée.
     En effet, les déchets ne sont plus accessibles. Ils sont sous 10 mètres de composés différents. Ainsi, la "butte" sur la droite de l'image ci dessus, est la terre qui recouvre les déchets radioactifs. On remarque un carré d'herbe, avec des piquets roses à chaque coin. Ceci fait partie des tests: on laisse les plantes pousser "naturellement". Ainsi, cela permet de voir l'impact de ce site sur l'environnement, de déceler l’éventuelle présence de radiations et, si il y en a, d’évaluer leur nocivité. Lors de notre présence tout avait l'air normal et notre compteur Geiger ne s'est pas affolé: le niveau des radiations était normal. Ces indications étaient plutôt rassurantes…
     Ensuite, nous sommes montés sur la butte, sachant que dix mètres au-dessous de nous se trouvaient des déchets radioactifs.

     Grâce à cette image, nous nous rendons compte de l'immensité de ce site. Au loin, nous apercevons un pylône électrique fournissant Areva en électricité, site presque dix fois plus grand que l'Andra.
     On remarque aussi le toit de la cabane qui analyse l'environnement du centre de stockage. On retrouve cette cabane ci-dessous.
     Voici la cabane des mesures. On remarque un appareil pour récolter l'eau de pluie. Cette dernière subit des contrôles au niveau de sa radioactivité. La cabane contient plusieurs instruments qui mesurent aussi la radioactivité de l'air et plusieurs autres paramètres. Chaque année, dix milles contrôles sont réalisés. De plus, des contrôles sont aussi réalisés dans les environs. Par exemple, en 1970, une forte présence de tritium radioactif a été découverte dans un ruisseau où certaines eaux usées d'Areva étaient rejetées. Depuis, le problème a été résolu et le ruisseau a perdu toute radioactivité dangereuse à l'homme ou l'environnement.
   
    
Une partie des informations traitées par la cabane sont récoltées par des capteurs extérieurs présents ci-dessous.
     Une des difficultés majeures du stockage des déchets est l'eau de pluie. Cette dernière tombe sur le revêtement. A peu près 50% de cette eau est consommée par l'herbe, ce qui explique sa présence. Le reste s'écoule de quatre à cinq mètres de profondeur avant d'être récolté par des systèmes d'évacuation de l'eau. Cette eau est "sans danger".
     Cependant, une petite partie, passe à travers la couverture et risque ainsi d'entrer en contact avec les déchets radioactifs. C'est pour cette raison que, sous les déchets, des galeries ont été formées pour récolter l'eau "à risque" qui aurait pu entrer en contact avec les déchets. Cette eau est stockée dans le réservoir ci-dessous avant d'être retraitée par Areva. Environ 350 m3 de cette eau "à danger" est formée par an.
     C'est ainsi que nous terminons notre visite pour repartir vers Paris, après une journée très intéressante en Haute-Normandie.
     Du haut de la "butte" de l'Andra nous apercevions le centre de retraitement des déchets d'Areva, qui était de l'autre côté de la clôture. Mais comme pour Flamanville, les photos étaient prohibées. Nous voulons préciser que toutes les images de cette page ont été prises par nous-même avec l'autorisation de l'Andra.
     Avant, pendant et après nos visites, nous avons réalisés des expériences grâce à un compteur Geiger emprunté à l'école. Il nous a permis de mesurer la radioactivité des lieux de notre visite et de certains produits ménagers. Cependant, nous avons remarqué que le compteur n'était pas très fiable. Cependant, nous pouvons quand même affirmer que la radioactivité autour de l'Andra et de Flamanville est normale et ne présente aucun danger pour l'homme ou son environnement. (Ces mesures ont été effectués avec l'accord d'EDF et de l'Andra).

Le CIP
Source: http://www.ecolo.org/photos/npp/EPR-Flamanville.jpg (L'image a été partiellement modifiée)
La centrale de Flamanville

L'EPR (modélisation par informatique)
Toutes les photographies qui suivent ont été prises par nous-même lors de notre visite à l'Andra. Elles ont été prises avec l'autorisation de ce dernier.
arxam.com